Renouer la confiance

PLUS D’ECOUTE, PLUS DE DIALOGUE AVEC LES ACTEURS QUI FONT LA VILLE

Faisons le bilan des trois années écoulées : Le virage de la démocratie participative si longuement mis en avant tel un étendard par l’équipe sortante n’a pas eu lieu; pire, ce fût un simulacre.

« Avenue Charles de Gaulle, nouveau groupe scolaire …longtemps attendus, toujours pas vus ! »

Pas ou peu d’information, les habitants restent dans l’ignorance. Les citoyens directement concernés – riverains, commerçants, usagers, enseignants, parents d’élèves ou simples citoyens – sont encore au stade du pourquoi, du comment, avec qui, pour qui ?

Nous avons tous les ingrédients, pour que ces projets n’émergent pas et génèrent des tensions inutiles entre les citoyens et les responsables municipaux.

C’est l’image que véhicule l’équipe sortante, quel gâchis !!

Toute l’équipe d’Un Avenir Ensemble pour Saint-Sulpice s’engage à renouer la confiance et le dialogue qui ont été rompu, avec les acteurs de la ville. Notre engagement se fera selon 3 axes :

Tout d’abord avec les agents communaux en place.

Nous observons au quotidien le professionnalisme, la rigueur, et le dévouement de nos agents territoriaux au service des Saint-Sulpiciens et nous le reconnaissons, souvent au-delà de leur mission.

Mobilisés par l’envie de faire avec tous et chacun, nous mettrons en œuvre :

. des rencontres, avec tous les agents communaux, de façon à percevoir la réalité du fonctionnement des services  depuis ces trois dernières années

. des échanges – écoute, dialogue – réguliers avec tous. Nous favoriserons ainsi des relations de proximité et de confiance entre le personnel et les élus

. une démarche participative et partagée, pour structurer de manière durable et solidaire les services municipaux

. un plan de formation, revu et corrigé, ouvert et sans corporatisme, respecté et appliqué pour tous.

Nous regagnerons la confiance perdue du monde économique et du tissu associatif

Avec toute l’équipe d“Un Avenir Ensemble pour Saint-Sulpice”, nous avons écouté et echangé avec les commerçants, les artisans, le monde associatif.

Ces acteurs qui participent pleinement au dynamisme de notre ville, comme l’ensemble de la population demandent aux élus une autre manière de gouverner.

Les associations, les entreprises souhaitent être consultées et participer à la politique municipale. Ils demandent de la considération. Ce qui implique, par exemple, de leur répondre quand ils écrivent à la Mairie ! C’est le minimum quand on est aux responsabilités.

Une autre manière de faire de la politique qui soit à la fois transparente, démocratique, pragmatique, coopérative, libérée des carcans dogmatiques dans laquelle chacun est un partenaire essentiel de l’institution à chaque phase des projets.

Les Saint-Sulpiciens veulent des élus libres de leur choix, en qui, ils puissent placer leur confiance et non des ‘’obligés’’ qui dépendent de partis orientant les décisions locales.

Un maire soucieux de sa ville, attentif à “pacifier les relations’’ et “dynamiser la ville’’. Deux expressions clés de notre campagne.

« Des élus de proximité »

Parmi leurs autres attentes, les Saint-Sulpiciens ont manifesté leur préoccupation de retrouver un dynamisme au centre-ville, plus de justice sociale et une vraie vision pour le Saint-Sulpice de demain.

Place à l’imagination et à l’action!

Par ces échanges, ces rencontres, les Saint-Sulpiciens nous ont inspiré un programme réaliste. Dans ce contrat passé avec eux, nous prévoyons deux années où il faudra retisser du lien, de la confiance et du dialogue, panser des plaies grandes ouvertes, réparer notre ville, et la préparer à l’avenir.

Vous l’avez compris, nos citoyens souhaitent que nous revenions à plus de proximité, à plus de sobriété. Nous allons les exaucer !

Renouer le dialogue avec les élus de la communauté de communes Tarn-Agout

Peu le savent, mais les compétences et les actions de la ville et de la communauté de communes Tarn-Agout sont à ce point mêlées, imbriquées, qu’il n’est pas imaginable de s’occuper de Saint-Sulpice, sans être réellement présent auprès de l’échelon supérieur, et donc à la communauté de Tarn-Agout.

« Pour renouer le dialogue nécessaire au développement de notre ville »

Il faut être concret et pragmatique, et surtout présent auprès des autres élus qui siègent au conseil communautaire. Ne pas faire les choses contre, mais bien pour. Pour faire avancer notre territoire à l’unisson d’une seule voix.

Un exemple : l’enfance et la jeunesse figurent parmi nos priorités.

Or, les écoles maternelles et primaires sont une compétence de la  ville de Saint-Sulpice, le collège lui, est sous le périmètre du département, et la petite enfance, dont les crèches de notre ville, sont du ressort de la communauté de communes Tarn-Agout.

Seule une présence accrue à la gouvernance de ces institutions permettra d’offrir aux Saint-Sulpiciens une ville à la hauteur des enjeux. Je prévois d’ailleurs, dans cette phase de campagne, de m’entretenir avec Mr Bonhomme, président de la CCTA à ce propos.

« Retisser du lien, c’est être clair ! »

Nous serons cohérents avec nos convictions et nos engagements. Ainsi nous proposerons aux habitants un schéma de gouvernance qui ne laisse aucune place au doute, ni sur l’action municipale, ni sur son fonctionnement.

Vous l’avez compris, nous ne serons pas de ceux qui vous ferons une liste à la Prévert, en vous faisant miroiter, une fois de plus, de belles promesses sans lendemain.

Une cadre clair et cohérent :
. instaurer un lien entre élus et acteurs de la ville
. redonner la parole aux citoyens, qui nous font confiance pour une gouvernance partagée,
c’est notre vision de la politique pour Saint-Sulpice.